Une érection, comment ça marche?

L’érection peut survenir de deux manière: spontanée, la nuit pendant les cycles de sommeil paradoxal ou le matin au réveil; et réflexe, en réponse à une stimulation. Cette stimulation peut être d’origine psychique – c’est ce qu’on appelle le désir. Elle peut aussi être une réponse à une stimulation sensorielle, d’ordre visuelle – la vue d’un corps séduisant – mais aussi auditive – une voix excitante -, olfactive – un parfum enivrant – ou tactile – une caresse érotique. La stimulation peut être plus directe: toucher ou caresser le pénis ou d’autres zones directement érogène peut entraîner une réponse érectile.

Lors de l’excitation sexuelle, ces signaux de stimulation sont captés par le cerveau qui les transmet à la moelle épinière jusqu’à la verge via les nerfs érecteurs. Ces nerfs sont directement connectés aux artères et aux corps caverneux du pénis.

Corps spongieux et caverneux

Le pénis se compose de 3 cylindres: 2 corps caverneux et 1 corps spongieux qui entoure l’urètre. Ce dernier régule le diamètre de l’urètre pour laisser passer l’urine ou le sperme.

Les corps caverneux sont quant à eux comme des éponges. Quand le pénis est flasque, c’est qu’ils se contractent pour empêcher le sang d’y pénétrer. Quand ils se relâchent, le pénis gonfle – on dit qu’il est tumescent – puis se rigidifie – on dit alors qu’il entre en érection. La structure et la vascularité de ces tissus érectiles sont assurées par les fibres musculaires et le tissu conjonctif qui les constituent.

Les corps caverneux et le corps spongieux sont entourés d’une tunique fibroélastique : l’albuginée.

Des artères, des veines et un peu de chimie

Le pénis est aussi composé de veines et d’artères qui, comme dans le reste du corps humain, ont un rôle bien distinct: les artères partent du cœur pour alimenter les organes en oxygène, tandis que les veines ramènent le sang utilisé vers le cœur pour qu’il soit purifié.

Dans le pénis, les artères bulbo-urétrales irriguent le corps spongieux, les artères dorsales amènent le sang au gland et les artères caverneuses prennent en charge le remplissage des corps caverneux pendant le mécanisme érectile. Les veines superficielles ramènent le sang de la peau et du tissu sous-cutané vers le cœur, et les veines profondes drainent les structures péniennes plus internes.

Lors de la stimulation, les nerfs excitateurs provoquent une augmentation de la concentration de GPMc, une substance qui entraîne le relâchement des muscles des corps caverneux. L’afflux sanguin passe donc plus facilement, les corps caverneux se gorgent donc, et le pénis gonfle.

Mais le pénis ne devient rigide que quand la compression des veines superficielles est assez forte pour qu’elle ne puisse plus drainer le sang hors du pénis. Le sang s’accumule donc, et la verge devient dure. C’est ce phénomène de vasodilatation et de compression veineuse qui maintient le pénis en érection.

Des muscles

L’érection est aussi une histoire de muscles: les muscles bulbo-caverneux et ischio-caverneux du périnée compriment la base des corps caverneux érectiles. L’ischio-caverneux contribue à la rigidité du pénis et le bulbo-caverneux aide à l’expulsion du sperme pendant l’éjaculation.

La mécanique de l’érection est donc un phénomène complexe dans lequel le corps, le cerveau et l’état d’esprit ont leur rôle à jouer.

N'hésitez pas à répandre la bonne parole ;).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Vous être prêt.e à améliorer votre épanouissement sexuel?