3 vraies choses à savoir à propos d’un blocage face à la pénétration

Tous les blocages ne se ressemblent pas.

Ce blocage face à la pénétration, les sexologues et les médecins l’appellent “vaginisme”. Mais sous ce même terme peuvent se cacher plusieurs vécus différents, selon la manière dont le trouble est apparu, et selon sa persistance.

Ainsi, certaines femmes connaissent cette difficulté depuis toujours. D’autres la rencontrent à un certain moment de leur vie, alors que, jusque là, elles avaient une activité sexuelle où la pénétration était possible et agréable. Dans certains cas, la contraction vaginale se produit face à un pénis, un doigt, un spéculum, ou même un tampon. Dans d’autres, ce n’est que face à un sexe masculin que le corps se raidit.

Tous les blocages ne se ressemblent donc pas, et un ressenti n’est pas l’autre.

Dans son état normal, un vagin est en position fermée.

Le conduit vaginal n’est pas dilaté par défaut: dans son état normal, il est même fermé. C’est sous l’effet de l’excitation qu’il s’élargit, s’allonge, et s’humidifie.

Il ne s’agit donc pas d’un tuyau dont l’orifice serait plus ou moins serré selon les femmes, mais plutôt d’un fourreau souple qui a la capacité de se dilater et de devenir plus flexible.

Cette flexibilité est mécaniquement possible grâce à la souplesse des muscles internes. Elle est déclenchée par la montée du désir sexuel, et facilitée par la lubrification. Tous les vagins en sont capables.

Certaines croyances sont fausses.

Dans le domaine de la sexualité, de nombreuses croyances circulent. Certaines, pourtant bien ancrées, sont totalement fausses. En voici quelques-unes concernant le blocage face à la pénétration :

“Les femmes qui en souffrent sont frigides”

Faux. Une femme qui souffre de blocage face à la pénétration a tout à fait accès au plaisir et à l’orgasme. Dans de nombreux cas, son désir sexuel est actif, et elle est sensible à la stimulation externe, comme n’importe quelle autre femme.

“Il suffirait que ça passe une fois pour que ça se débloque”

Faux. Le blocage ne résulte pas d’une barrière à forcer, mais d’une contraction musculaire à détendre. Cela ne se fait pas d’un coup, au contraire. Il s’agit de réapprendre petit à petit aux muscles à se détendre face à une pénétration, tout en conservant leurs facultés à se contracter dans d’autres circonstances.

“Pas de sexualité épanouie sans rapport sexuel”

Faux. La sexualité, même pour un homme, va bien au-delà du simple acte de pénétration. Caresses et baisers ont plus que leur mot à dire dans l’épanouissement sexuel, autant féminin que masculin.

N'hésitez pas à répandre la bonne parole ;).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Vous être prêt.e à améliorer votre épanouissement sexuel?