3 fausses croyances sur l’orgasme féminin

Même si les recherches en sexologie ont fait des avancées majeures ces dernières années, l’orgasme féminin reste un mystère qui fait beaucoup parler de lui… et sur lequel circule beaucoup de rumeurs pas toujours propices à l’épanouissement sexuel. Voici trois croyances à son sujet dont il est bon de se débarrasser.

Il est “normal” de jouir à chaque fois.

C’est faux. La femme – et l’homme  d’ailleurs – ne jouissent pas forcément à chaque rapport sexuel, bien au contraire. Une femme sur deux dit jouir à chaque rapport, et elles ne disent pas toujours la vérité – souvenez-vous, (presque) tout le monde ment sur sa sexualité. Une chose est sure: l’orgasme féminin n’est pas nécessaire physiologiquement pour qu’il y ait procréation, même si il la facilite. Naturellement donc, la femme n’est pas construite pour “devoir jouir à chaque fois”.

En termes d’épanouissement sexuel, l’orgasme n’est en réalité pas une fin en soi : ce qui est épanouissant dans la relation sexuelle, c’est l’entièreté du voyage, pas seulement l’arrivée. Pire encore, souvent, plus une femme – ou un homme d’ailleurs – concentre son attention sur le fait d’avoir un orgasme, moins le plaisir vient : ce focus sur le résultat déconnecte du moment présent et empêche d’être présent à ses sensations.

Un orgasme est toujours énorme.

C’est faux. Un orgasme n’est pas nécessairement un feu d’artifice de sensations qui laisse tremblant, qui fait fondre en larmes ou après lequel on perd connaissance. De telles manifestations sont même plutôt rares. Le plaisir que procure l’orgasme peut être d’une intensité très variable, de très forte à minime, voire inexistante : il peut arriver qu’un orgasme se manifeste physiologiquement – notamment par des contractions vaginales incontrôlées chez la femme – sans nécessairement que le plaisir se fasse sentir. Espérer un orgasme fulgurant à chaque fois est illusoire, et même contre-productif : à nouveau, se focaliser sur l’objectif plus que sur le moment est prendre le risque de se déconnecter de ses sensations.

Un orgasme, ça vient tout seul.

C’est faux. Un orgasme, ça se travaille ! Une femme a, en moyenne, besoin de minimum vingt minutes pour atteindre un seuil d’excitation qui peut mener à l’orgasme. Elle peut l’atteindre grâce aux préliminaires, quels qu’ils soient. En outre, plus une femme connaît son corps, plus son accès à l’orgasme sera facilité : sachant ce qui lui fait du bien, elle peut augmenter elle-même son seuil d’excitation pendant un rapport, ou indiquer à son partenaire comment faire.

N'hésitez pas à répandre la bonne parole ;).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Vous être prêt.e à améliorer votre épanouissement sexuel?